AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire et vous (Les rôles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Message(#) Sujet: L'histoire et vous (Les rôles) Dim 17 Juil 2011 - 17:18

Les Tyrans



Elisabeth Bathory

La comtesse Élisabeth Báthory (Báthory Erzsébet en hongrois, Alžbeta Bátoriová-Nádasdy en slovaque, Elżbieta Batory en polonais), née le 7 août 1560 et décédée le 21 août 1614, était une comtesse hongroise de la prestigieuse famille des Báthory.
Elle fait partie des plus célèbres meurtriers de l’histoire hongroise et slovaque. Elle est souvent évoquée sous le sobriquet de « dame sanglante de Csejte (Čachtice) », du nom du château près de Trenčín (dans la Hongrie royale, aujourd’hui une partie de la Slovaquie), où elle vécut la plus grande partie de sa vie.
Après la mort de son mari, elle et quatre supposés collaborateurs furent accusés de torture et de meurtre de nombreuses filles et jeunes femmes dont le nombre reste incertain, variant entre 500 et 1000 selon les source. Mais les chefs d'accusation sont parfois discutés par certains historiens. En 1610, elle fut emprisonnée dans le château de Čachtice, où elle resta jusqu’à sa mort, quatre ans plus tard. Son origine noble lui évita procès et exécution


Elle sera Tyran dans l'ombre. La voyante la sondera Simple Villageoise.




CAIVS•CAESAR•AVGVSTVS•GERMANICVS (Caligula)

Caligula (31 août 12 à Antium - 24 janvier 41 à Rome) est le troisième empereur romain, régnant de 37 à 41, succédant à Tibère.

Dès lors qu'il commença régner il s'achemina comme son grand-oncle vers le despotisme, s'adonnant, selon certaines sources, à la débauche (on lui prête entre autres une longue liaison incestueuse avec sa sœur Drusilla, qui pourrait trouver sa source dans la volonté d'imiter les mariages consanguins égyptiens et la tentation du despotisme oriental, que l'on retrouve chez Néron). Certains assurent qu'il était en fait déjà atteint psychologiquement avant son avènement, mais que, le pouvoir aidant, il devint vite un empereur tyrannique et mégalomane, se prenant pour Jupiter. Cependant, de nombreux historiens et écrivains modernes s'interrogent sur la folie réelle du jeune empereur[7]. L'étude des sources anciennes remet en question la théorie de « l'empereur fou »[8].
Il ridiculisa le Sénat et l'institution des consuls (notamment en prostituant les femmes des sénateurs), fit assassiner ou bannir la plupart de ses proches, et on l'accuse encore de s'être amusé à faire pratiquer d'horribles tortures en plus de meurtres arbitraires. La principale source sur son règne, Suétone, est cependant très partisane, les méthodes de Caligula ne différant guère de celles de la plupart des Princeps. Il se concilia cependant le peuple notamment avec les jeux du cirque.

Il sera Simple Tyran





Hannibal


Hannibal, généralement appelé Annibal ou Hannibal, né en 247 av. J.-C. à Carthage (au nord-est de l'actuelle Tunis en Tunisie) et mort par suicide en 183 av. J.-C.[3], en Bithynie (près de l’actuelle Bursa en Turquie), est un général et homme politique carthaginois, généralement considéré comme l’un des plus grands tacticiens militaires de l’histoire.
Il grandit durant une période de tension dans le bassin méditerranéen, alors que Rome commence à imposer sa puissance en Méditerranée occidentale : après la prise de la Sicile et de la Sardaigne, conséquence de la Première Guerre punique, les Romains envoient des troupes en Illyrie et poursuivent la colonisation de l’Italie du Nord. Élevé, selon la tradition historiographique latine, dans la haine de Rome, il est, selon ses ennemis, à l’origine de la Deuxième Guerre punique que les Anciens appelaient d’ailleurs « guerre d’Hannibal ».
À la fin de l’année 218, il quitte l’Espagne avec son armée et traverse les Pyrénées, puis les Alpes pour gagner le nord de l’Italie. Pourtant, il ne parvient pas à prendre Rome. Selon certains historiens, Hannibal ne possède alors pas le matériel nécessaire à l’attaque et au siège de la ville.


Il sera Simple Tyran



Robespierre

Maximilien Marie Isidore de Robespierre, ou Maximilien Robespierre, né le 6 mai 1758 à Arras (Artois) et mort guillotiné le 28 juillet 1794 à Paris, place de la Révolution, était un avocat et un homme politique français.
Aîné d'une fratrie de cinq enfants, il perd sa mère à l'âge de six ans. Puis son père abandonne ses enfants, et il est pris en charge par son grand-père maternel. Après d'excellentes études au collège d'Arras et au collège Louis-le-Grand de Paris, licencié en droit, il devient avocat et s'inscrit en 1781 au Conseil provincial d'Artois, occupant même un temps la charge de juge au tribunal épiscopal.
Élu député du Tiers état aux États généraux de 1789, il devient bientôt l'une des principales figures des « démocrates » à l'Assemblée constituante, défendant l'abolition de l'esclavage et de la peine de mort, le droit de vote des gens de couleur, des juifs ou des comédiens, ainsi que le suffrage universel et l'égalité des droits, contre le marc d'argent. Son intransigeance lui vaut bientôt d'être surnommé « l'Incorruptible ». Membre du club des Jacobins dès ses origines, il en est le plus illustre membre et l'une des figures de proue. Après la scission des Feuillants, il contribue à sa réorganisation et lui permet grandement de conserver le soutien de la plupart des sociétés affiliées de province.
Opposé à la guerre contre l'Autriche en 1792, il s'oppose à La Fayette et soutient la chute de la royauté. Membre de la commune insurrectionnelle de Paris, il est élu à la Convention nationale, où il siège sur les bancs de la Montagne et s'oppose à la Gironde. Après les journées du 31 mai et du 2 juin 1793, il entre le 27 juillet 1793 au Comité de salut public, où il participe à l'instauration d'un gouvernement révolutionnaire et de la Terreur, dans un contexte de guerre extérieure contre les monarchies coalisées et de guerre civile (insurrections fédéralistes, guerre de Vendée...).
À la suite de la victoire des comités contre les factions au printemps 1794, il contribue à faire cesser la politique de déchristianisation et fait voter, en qualité de rapporteur, le décret du 18 floréal an II, par lequel « le peuple français reconnaît l’existence de l’être suprême, et l’immortalité de l’âme », et la loi de Prairial, dite de « Grande Terreur ».
Attaqué et isolé au sein de la Convention par d'anciens dantonistes et des envoyés en mission rappelés, mais aussi au sein du gouvernement révolutionnaire par le Comité de sûreté générale et des collègues du Comité de salut public, il prend la Convention à témoin de ces dissensions le 8 thermidor an II, mais ne parvient pas à imposer ses vues. Le lendemain, empêché de parler par ses ennemis, alliés pour la circonstance aux modérés de la Plaine, il est arrêté avec son frère Augustin et ses amis Couthon, Saint-Just et Le Bas. La Commune entre alors en insurrection et le fait libérer, mais il perd du temps, et la Convention le met hors-la-loi.
Dans la nuit, une colonne armée s'empare de l'hôtel de ville, où il se trouve avec ses partisans, et il est blessé à la mâchoire dans des circonstances incertaines. Après vérification de son identité devant le Tribunal révolutionnaire, il est guillotiné dans l'après-midi du 10 thermidor avec 21 de ses partisans. Sa mort entraîne, dans les mois qui suivent, une « réaction thermidorienne », qui voit le démantèlement du gouvernement révolutionnaire et de la Terreur


Il sera Simple Tyran



Vlad III Tepes


Le voïvode Vlad III Basarab, surnommé Ţepeş (« l'Empaleur »), né fin novembre début décembre 1431 à Târgovişte ou, selon certains auteurs, à Schässburg/Sighişoara - mort en décembre 1476 à Bucarest), a été prince de Valachie en 1448, puis de 1456 à 1462 et en 1476.
Vlad s'appuie sur le petit peuple, les paysans et artisans. Il est inflexible lorsqu'il s'agit d'honnêteté et d'ordre. La plus petite infraction, du mensonge jusqu'au crime, pouvait être punie de mort (la légende dit « du pal », mais toutes les forêts du pays n'y auraient pas suffi). En fait, Vlad cherche à combattre la corruption et l'intrigue par la terreur. Sûr de l'efficacité de son système, Vlad place un jour une coupe en or en plein milieu de la place centrale de Târgovişte. Les voyageurs assoiffés auront le droit de se servir de la coupe, mais elle doit rester en place. Selon les sources historiques, celle-ci ne fut jamais dérobée, et resta à sa place tout le temps du règne de Vlad.
Il dirige aussi sa vengeance contre les boyards responsables de la mort de son père et de son frère Mircea. Le dimanche de Pâques 1459, il arrête toutes les familles de boyards qui faisaient la fête à la cour princière. Après avoir mis au pal les plus vieux, il oblige le reste à marcher une centaine de kilomètres, sur une route difficile. Il ne permet pas aux survivants de se reposer à leur arrivée, il leur ordonne immédiatement de construire une forteresse sur les ruines d'un ancien avant-poste, avec vue sur la rivière. Beaucoup meurent. Vlad crée une nouvelle noblesse d'armes parmi ses paysans, et réussit à se faire construire rapidement une forteresse avec l'ancienne. La légende dit que ce serait le château de Bran, mais celui-ci ne se situe pas en Valachie, mais en Transylvanie, et si ses fondations sont bien antérieures au règne de Vlad (elles datent de l'Ordre Teutonique, cantonné là entre 1211 et 1242), les murailles actuelles sont postérieures, datant des Habsbourg. La véritable forteresse de Vlad est identifiée aujourd'hui aux ruines de la citadelle de Poenari sur l'Argeş.
En 1457, les marchands saxons de Transylvanie de Sibiu et de Braşov essaient de le remplacer par un « prêtre des Roumains », identifié comme étant le futur souverain Vlad IV Călugărul, qui leur promet des avantages douaniers. Les commerçants de Braşov choisissent un autre prétendant, Dan III Danicul, le frère de Vladislav II. Vlad franchit alors les Carpates et court de village en village punir les rebelles, jusqu'au moment où Matthias Corvin, fils de Jean Hunyadi, devenu roi de Hongrie, intervient en négociant un accord, ce qui montre les limites de l'indépendance du pouvoir de Vlad Ţepeş, même sur ses terres, en face du pouvoir hongrois. Dan III, soutenu par Matthias, passe les Carpates depuis Braşov vers la Valachie, où il est pris et exécuté par Vlad le 22 avril 1460. Les représailles envers les marchands saxons de Transylvanie établis en Valachie sont alors terribles, et Vlad acquiert alors sa réputation de monstre auprès des Occidentaux.


Il sera Simple Tyran


Ils n'ont pas de particularité, ils doivent se concerter la nuit pour savoir qui exclure de la salle blanche



Le Tueur en Série



Jack l'éventreur

Jack l'éventreur est un tueur en série du Londres de la fin du XIXe siècle, dont l'identité n'a jamais été établie. Le pseudonyme passé à la postérité provient d'une lettre envoyée à l'agence de presse London Central News Agency dont l'auteur se présente comme étant le meurtrier. Jack l'éventreur assassina au moins cinq prostituées du quartier pauvre de Whitechapel, à Londres en 1888. Le mystère qui entoure l'identité et le mobile du tueur (ou des tueurs) a intrigué de nombreux enquêteurs et inspiré de nombreux auteurs et artistes.


Il sera le tueur en série. Toutes les nuits il peut exclure 0 ou 1 personne de la salle blanche. S'il est amoureux,il doit gagner avec son amoureux

Les célébrités à pouvoirs



Casanova

Giacomo Girolamo Casanova, né le 2 avril 1725 à Venise et mort le 4 juin 1798 à Dux, fut tour à tour violoniste, écrivain, magicien (dans l'unique but d'escroquer Madame d'Urfé), espion, diplomate, bibliothécaire mais revendiquant toujours sa qualité de « Vénitien ».
Il usa de pseudonymes, se créa de toutes pièces un titre de chevalier de Seingalt (prononcer Saint-Galle), et publia en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ».
De lui subsiste une œuvre littéraire abondante, mais Casanova est célèbre aujourd’hui comme aventurier et surtout comme l’homme qui fit de son nom le symbole de la séduction. Il savait user aussi bien de charme que de perfidie pour conquérir les femmes. Sa réputation en cela dérive d’une œuvre autobiographique Histoire de ma vie, rédigée en français et considérée comme l’une des plus authentiques sources à propos des coutumes et de l’étiquette de la vie sociale de l’Europe du XVIIIe siècle. Il y mentionne 122 femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles, dont des filles à peine pubères et sa propre fille, alors mariée à l’un de ses « frères » francs-maçons, avec laquelle il eut le seul fils dont il eut connaissance.


Il sera le Séducteur Perfide : Durant première nuit de la partie (après l'élection), il va désigner deux personnes qui seront amoureuses jusqu'à la fin du jeu. Mais, il va aussi désigner un de ces deux joueurs ainsi qu'un autre qui deviendront amants. Dorénavant :
Le trompé n’entraîne personne dans sa mort.
Un amant entraîne les 2 autres dan s la mort.
L’amoureux trompé ne peut pas voter contre l’amoureux trompeur, qui lui peut le faire.
Il est interdit aux 2 amants de voter l’un contre l’autre.
Les amoureux pourront parler par MP de jour,les amants pourront se parler continuellement par MP.
Si par le plus pur des hasards, le trompé est un tyran, les règles ne changent pas, il ne peux faire tué l'amnt car il mourra à son tour.




Nostradamus

Michel de Nostredame, dit Nostradamus, né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy-de-Provence, et mort le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence, est un apothicaire français (on dirait en français moderne : pharmacien).
Selon bien des sources, il aurait également été médecin, bien que son expulsion de la faculté de médecine de Montpellier témoigne qu’il n'était pas possible d’être les deux à la fois.
Pratiquant l'astrologie comme tous ses confrères à l'époque de la Renaissance, il est surtout connu pour ses prédictions sur la marche du monde.


Il sera l'Astrologue: La nuit, entre 22h et 21h30 le lendemain, il pourra sonder une personne pour voir son rôle. Il connaitra le role exact du joueur.




Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc, surnommée la Pucelle d'Orléans ou plus simplement la Pucelle, est une figure emblématique de l'histoire de France et une sainte de l'Église catholique.
Au début du XVe siècle, elle mène victorieusement les troupes françaises contre les armées anglaises, levant le siège d'Orléans, conduisant le dauphin Charles au sacre à Reims et contribuant ainsi à inverser le cours de la guerre de Cent Ans.
Finalement capturée par les Bourguignons à Compiègne, elle est vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg pour la somme de 10 000 livres, et condamnée à être brulée vive en 1431 après un procès en hérésie. Entaché de nombreuses et importantes irrégularités, ce procès est cassé par le pape Calixte III en 1456, et un second procès en réhabilitation conclut à son innocence et l'élève au rang de martyre. Elle est béatifiée en 1909 et canonisée en 1920[1]. Elle est l'une des quatre saintes patronnes secondaires de la France.


Elle sera la Possédée: La nuit, dès que le nom de la victime m'aura été donné, elle aura jusqu'à la fin de la nuit pour me dire si elle utilise sa potion de vie ou de mort. Elle en possède une de chaque. Elle peut se ressusciter si elle meurt. Si elle décède en ayant encore une de ses potions, celle-ci sera perdue.
Elle peut utiliser ses deux potions la même nuit.
Après avoir utilisé sa potion de vie, elle ne recevra plus le nom de la victime des loups.




Platon

Platon (en grec ancien Πλάτων / Plátôn), Athènes, 424 - 423 av. J.-C., 348 - 347 av. J.-C.[1], est un philosophe grec, contemporain de la démocratie athénienne et des sophistes, qu'il critiqua vigoureusement. Il reprit le travail philosophique de certains de ses prédécesseurs, notamment Socrate, Parménide, Héraclite et Pythagore, afin d'élaborer sa propre pensée qui explore la plupart des champs importants, notamment la métaphysique, l'éthique, l'esthétique et la politique.
Son œuvre, composée presque exclusivement de dialogues, est d'une grande richesse de style et de contenu, et produit, sur de nombreux sujets, les premières formulations classiques des problèmes majeurs de l'histoire de la philosophie occidentale. Chaque dialogue de Platon interroge un sujet donné, par exemple le beau ou le courage. La pensée de Platon n'est pas monolithique : une partie de ses dialogues aboutissent à des apories philosophiques, et ses dialogues qui apportent une solution aux problèmes posés ne constituent pas une réponse unique et définitive.
Platon est l'inventeur de la théorie des Formes : celle-ci décrit le réel comme un ensemble de copies qui participent de leurs modèles immuables. La Forme suprême est, selon le contexte, tantôt le Bien, tantôt le Beau. La philosophie politique de Platon considère que la Cité juste doit être construite selon le modèle du Bien en soi.


Il sera le Philosophe : À la première attaque des loups-garous, il survit. Il meurt si le chasseur tire sur lui, si la sorcière l'empoisonne ou s'il est attaqué une 2e fois par les loups-garous. Attention : si les villageois le lynchent, tous, exceptés le joueur de flûte et les loups-garous, perdent leurs pouvoirs. Sous la protection du salvateur, il n'est pas considéré comme attaqué, et la guérison de la sorcière annule l'effet de la dernière attaque seulement.



Marie-Antoinette

Maria Antonia Anna Josepha Joanna de Habsbourg-Lorraine, plus connue sous le nom de Marie-Antoinette d'Autriche ou Marie-Antoinette de France (Vienne, 2 novembre 1755 – morte guillotinée à Paris, le 16 octobre 1793), était archiduchesse d’Autriche, princesse impériale, princesse royale de Hongrie et de Bohême, dauphine de France, reine de France et de Navarre (1774–1792), épouse de Louis XVI, roi de France. Elle était la sœur de Joseph II d’Autriche et de Léopold II d’Autriche. Elle fut surnommée « l'autrichienne » dès son arrivée en France puis « Madame Déficit » et, plus tard, « Madame Véto ».

Elle sera la Reine Crédule :Elle n'a pas de rôle particulier étant vivant. Si elle est lynchée par les villageois, ceux-ci la gracient immédiatement. Suite à cela, elle reste en vie, mais ne peut plus voter ni être élu Souverain. Si elle assumait ce rôle, le rôle est supprimé jusqu'à la fin de la partie. À l'inverse du vote des villageois, la potion de la Sorcière, le tir du chasseur ou les loups-garous le tuent sans le gracier. Si elle est dévoilée et que le Philosophe meurt, elle meurt également.



Napoléon

Napoléon Bonaparte, dit Napoléon Ier, né le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse et mort le 5 mai 1821 sur l'île Sainte-Hélène, au Royaume-Uni, fut général, premier consul, puis premier empereur des Français. Il fut un conquérant de l'Europe continentale.
Objet dès son vivant d'une légende dorée comme d'une légende noire, il a aujourd'hui acquis une notoriété pour son habileté militaire (victoires d'Arcole, Rivoli, Pyramides, Marengo, Austerlitz, Iéna, Friedland, Wagram, La Moskova) et politique, mais aussi pour son régime autoritaire, et pour ses incessantes campagnes (voulues ou non) causant la mort de plus d'un million de civils, soldées par de lourdes défaites finales en Espagne, en Russie et à Waterloo, et par sa mort en exil à Sainte-Hélène sous la garde des Anglais.
Il dirige la France à partir de la fin de l’année 1799 ; il est d'abord Premier Consul du 10 novembre 1799 au 18 mai 1804 puis Empereur des Français, sous le nom de Napoléon Ier, du 18 mai 1804 au 11 avril 1814, puis du 20 mars au 22 juin 1815. Il réorganise et réforme durablement l'État et la société. Il porte le territoire français à son extension maximale avec 134 départements en 1812, transformant Rome, Hambourg, Barcelone ou Amsterdam en chefs-lieux de départements français. Il est aussi président de la République italienne de 1802 à 1805, puis roi d’Italie du 17 mars 1805 au 11 avril 1814, mais encore médiateur de la Confédération suisse de 1803 à 1813 et protecteur de la Confédération du Rhin de 1806 à 1813. Il conquiert et gouverne la majeure partie de l’Europe continentale et place les membres de sa famille sur les trônes de plusieurs royaumes européens : Joseph sur celui de Naples puis d'Espagne, Jérôme sur celui de Westphalie, Louis sur celui de Hollande et son beau-frère Joachim Murat à Naples. Il crée aussi un grand-duché de Varsovie, sans oser restaurer formellement l'indépendance polonaise, et soumet à son influence des puissances vaincues telles que le Royaume de Prusse et l'Archiduché d'Autriche.
Napoléon tente de mettre un terme à son profit à la série de guerres que mènent les monarchies européennes contre la France depuis 1792. Il conduit les hommes de la Grande Armée, dont ses fidèles « grognards », du Nil et de l'Andalousie jusqu'à la ville de Moscou. Comme le note l'historien britannique Eric Hobsbawm, aucune armée n'était allée aussi loin depuis les Vikings ou les Mongols et n'avait soumis autant de grandes puissances de son époque. Malgré de nombreuses victoires initiales face aux diverses coalitions montées et financées par le Royaume de Grande-Bretagne (devenue le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande en 1801), l’épopée impériale prend fin en 1815 avec la défaite de Waterloo.


Il sera le Conquérant : Il n'a aucun rôle particulier à jouer tant qu'il est vivant. Mais dès qu'il meurt – qu'il soit tué par les loups-garous ou suite à une décision des villageois — il doit désigner une personne qui mourra également sur-le-champ.
Un testament sera demandé pour ne pas perturber la partie.




Dreyfus

Alfred Dreyfus, né le 9 octobre 1859 à Mulhouse, mort le 12 juillet 1935 à Paris, est un officier français d'origine alsacienne et de religion juive, victime en 1894 d'une erreur judiciaire qui est à l'origine d'une crise politique majeure des débuts de la IIIe République, l'affaire Dreyfus (1898-1906), au cours de laquelle l'opinion française s'est divisée en deux clans ennemis : les dreyfusards et les antidreyfusards.
L’affaire Dreyfus est un conflit social et politique majeur de la Troisième République survenu à la fin du XIXe siècle, autour de l’accusation de trahison faite au capitaine Alfred Dreyfus, français d’origine alsacienne et de confession juive, qui sera finalement innocenté. Elle a bouleversé la société française pendant douze ans, de 1895 à 1906, la divisant profondément et durablement en deux camps opposés, les « dreyfusards » partisans de l’innocence de Dreyfus, et les « antidreyfusards » partisans de sa culpabilité.
La condamnation fin 1894 du capitaine Dreyfus — pour avoir prétendument livré des documents secrets français à l’Empire allemand — était une erreur judiciaire sur fond d’espionnage et d’antisémitisme, dans un contexte social particulièrement propice à l’antisémitisme, et à la haine de l’Empire allemand suite à son annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine en 1871. La révélation de ce scandale en 1898, par Émile Zola dans l’article de presse intitulé « J’Accuse…! », provoqua une succession de crises politiques et sociales uniques en France. À son paroxysme en 1899, l’affaire révéla les clivages de la France de la Troisième République, où l’opposition entre le camp des dreyfusards et celui des anti-dreyfusards suscita de très violentes polémiques nationalistes et antisémites, diffusées par une presse influente. Elle ne s’acheva véritablement qu’en 1906, par un arrêt de la Cour de cassation qui innocenta et réhabilita définitivement Dreyfus.


Il sera l'Accusé : En cas d'égalité dans le vote du village, c'est le lui qui meurt à la place. Cependant, s'il meurt, il a le droit de désigner qui votera et ne votera pas au vote suivant du village. Si toutes les personnes désignées pour voter meurent d'une façon ou d'une autre avant le vote suivant, personne n'est éliminé par le village ce tour-ci.
Un testament sera demander afin de ne pas perturber le cours de la partie. S'il n'y a pas de testament au préalable, l'Accusé aura 24h pour faire son choix.


Les simples Personnages Historiques




Alexandre le grand

Alexandre le Grand (en grec ancien : Ἀλέξανδρος ὁ Μέγας / Aléxandros ho Mégas ou Μέγας Ἀλέξανδρος / Mégas Aléxandros) ou Alexandre III de Macédoine ( Ἀλέξανδρος Γ' ὁ Μακεδών / Aléxandros III ho Makedốn, Ἀλέξανδρος signifiant en grec « protecteur[1] de l’homme »), né le 21 juillet -356 à Pella, mort le 13 juin -323 à Babylone, est un roi grec de Macédoine et l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité.
Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine depuis -336, il devient l’un des plus grands conquérants de l’histoire. Il fait de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s’avance jusqu’aux rives de l’Indus et fonde près de soixante-dix cités, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.
La notoriété d’Alexandre s’explique principalement par sa volonté de conquête de l'ensemble du monde connu. Cette aspiration, à la fois illusoire et pourtant presque réalisée, avant qu’il ne meure subitement à l’âge de trente-trois ans, a pour conséquence — durant un temps très court — une unité politique jamais retrouvée ensuite entre l’Occident et l’Orient.
Il est aussi à ce jour considéré l'un des meilleurs stratèges de l'histoire, parfois même considéré comme le meilleur de tous, ainsi, souvent Clausewitz cite Alexandre et Napoléon comme les « dieux de la guerre », et plusieurs souverains militaire, toutes époques, et tout continents confondu, lui feront régulièrement hommage ou écho à sa légende, ainsi, des généraux antiques tel Hannibal ou César, ou des puissants souverains, tel Gengis Khan ou Napoléon revendiqueront au nom d'Alexandre celui de plus grand général de l'histoire, et à maintes reprises auront la prétention de reformer son empire, que cela soit par pure ambition, ou justification de leur conquêtes.


Il sera Simple Personnage Historique





Christophe Colomb

Christophe Colomb (né entre le 25 août et le 31 octobre 1451 à Gênes — mort le 20 mai 1506 à Valladolid, Espagne) est la première personne de l'histoire moderne à traverser l'océan Atlantique en découvrant une route aller-retour entre le continent américain et l'Europe. Il effectue en tout quatre voyages en tant que navigateur au service des rois catholiques espagnols Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon, qui le nomment avant son premier départ amiral, vice-roi des Indes et gouverneur général des territoires qu'il découvrirait. La découverte de l'espace caraïbe marque le début de la colonisation de l'Amérique par les Européens et fait de Colomb un acteur majeur des grandes découvertes des XVe siècle et XVIe siècle, considérées comme l'étape majeure entre le Moyen Âge et les temps modernes.
Même si des fouilles archéologiques conduites en 1960 dans la province actuelle de Terre-Neuve-et-Labrador, au lieu-dit de L'Anse aux Meadows, ont établi que les Vikings avaient brièvement installé une colonie en Amérique du Nord, à la pointe septentrionale de l'île de Terre-Neuve vers l'an mil, Colomb est aujourd'hui universellement reconnu comme le premier Européen qui a « découvert l'Amérique », où il accoste pour la première fois dans la nuit du 11 au 12 octobre 1492. Il meurt en relative disgrâce, ses prérogatives sur les terres découvertes étant contestées, toujours persuadé d'avoir atteint les Indes, le but originel de son expédition.


Il sera Simple Personnage Historique.



Cléopatre

Cléopâtre VII Théa Philopator (en grec, Κλεοπάτρα Φιλοπάτωρ) (v. -69 / 12 août -30) est une reine d'Égypte antique de la famille des Lagides qui gouverne son pays entre -51 et -30, successivement avec ses frères et époux Ptolémée XIII et Ptolémée XIV puis avec le général romain Marc Antoine. Elle est connue pour ses relations avec Jules César et Marc Antoine.
Cléopâtre est un personnage dont la légende s'est emparée, de son vivant même, et le tragique de sa mort n'a fait que renforcer la tendance au romanesque qui entoure le personnage et qui parfois gêne l'historien dans une approche objective de cette reine d'Égypte, sans doute la femme la plus célèbre de l'Antiquité.


Elle sera Simple Personnage Historique




François Ier

François Ier (1494 – 1547), dit le Père et Restaurateur des Lettres, le Roi Chevalier, le Roi Guerrier, le Grand Colas, le Bonhomme Colas ou encore François au Grand Nez[1], est sacré roi de France le 25 janvier 1515 dans la cathédrale de Reims, et règne jusqu’à sa mort en 1547. Fils de Charles d’Angoulême et de Louise de Savoie, il appartient à la branche de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne.
François Ier est considéré comme le monarque emblématique de la période de la Renaissance française[2]. Son règne permet un développement important des arts et des lettres en France. Sur le plan militaire et politique, le règne de François Ier est ponctué de guerres et d’importants faits diplomatiques.
Il a un puissant rival en la personne de Charles Quint et doit compter sur les intérêts diplomatiques du roi Henri VIII d’Angleterre toujours désireux de se positionner en allié de l’un ou l’autre camp. François Ier enregistre succès et défaites mais interdit à son ennemi impérial de concrétiser ses rêves, dont la réalisation toucherait l’intégrité du royaume. L'antagonisme des deux souverains catholiques a de lourdes conséquences pour l’Occident chrétien: il facilite la diffusion de la Réforme naissante et surtout permet à l'Empire ottoman de s'installer aux portes de Vienne en s'emparant de la quasi-totalité du royaume de Hongrie.
Au plan intérieur, son règne coïncide en effet avec l'accélération de la diffusion des idées de la Réforme. La mise en place de la monarchie absolue et les besoins financiers liés à la guerre et au développement des arts induisent la nécessité de contrôler et optimiser la gestion de l'État et du territoire. François Ier introduit une série de réformes touchant à l'administration du pouvoir et en particulier à l'amélioration du rendement de l'impôt, réformes mises en œuvre et poursuivies sous le règne de son successeur Henri II.


Il sera Simple Personnage Historique



La reine Victoria

Victoria du Royaume-Uni (née Alexandrine Victoire de Kent, en anglais Alexandrina Victoria of Hanover, dite Drina), est la fille du prince Edward Augustus, duc de Kent et Strathearn et de Victoria de Saxe-Cobourg-Saalfeld, elle même sœur du premier roi des belges Léopold Ier. Elle est née à Londres le 24 mai 1819 et décédée à Osborne le 22 janvier 1901.
Elle fut reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande (1837–1901) et Impératrice des Indes (1876–1901). Son règne, qui dura plus de 63 ans, demeure le plus long de toute l’histoire du Royaume-Uni et de celui des monarques de taille crayon féminin.
Le règne de Victoria fut marqué par une impressionnante expansion de l’Empire britannique, devenu la première puissance mondiale, et par la révolution industrielle, période de grand changement social, économique et technologique. Ce règne fut ainsi appelé « ère victorienne », époque de splendeur (comparable dans l'imaginaire britannique à ce qu'est le siècle de Louis XIV pour les Français) mais aussi de sévérité dans les mœurs et de tensions sociales.


Elle sera Simple Personnage Historique



Rosa Parks

Rosa Louise McCauley Parks, dite Rosa Parks (4 février 1913, Tuskegee, Alabama États-Unis - 24 octobre 2005, Détroit, Michigan), est une couturière qui devint une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, ce qui lui vaut le surnom de mère du mouvement des droits civiques de la part du Congrès américain.
Parks est devenue célèbre le 1er décembre 1955, à Montgomery (Alabama) en refusant de céder sa place à un passager blanc dans un bus. Arrêtée par la police, elle se voit infliger une amende de 15 dollars le 5 décembre ; elle fait appel de ce jugement. Un jeune pasteur noir inconnu de 26 ans, Martin Luther King, avec le concours de Ralph Abernathy, lance alors une campagne de protestation et de boycott contre la compagnie de bus qui dura 381 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarants anticonstitutionnelles.

Elle sera Simple Personnage Historique.





Jean Moulin

Jean Moulin, né à Béziers le 20 juin 1899 est un préfet et résistant français. Il meurt aux environs de Metz, le 8 juillet 1943, dans le train qui le transporte en Allemagne. Il dirigea le Conseil national de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Souvent considéré comme un des principaux héros de la Résistance, il repose dans un cénotaphe qui se trouve au Panthéon où gisent les grands hommes de la République française . Son corps n'a jamais été identifié avec certitude, et l'urne transférée au Panthéon ne contient que les « cendres présumées de Jean Moulin ».

Il sera Simple Personnage Historique


Dernière édition par Maesticia le Mar 13 Sep 2011 - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gretel
Voleur honnête
Voleur honnête
avatar

Masculin Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Strasbourg
Humeur : Ok

Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Jeu 8 Sep 2011 - 8:26

Citation :
Âttention : si les villageois le lynchent, tous, exceptés le joueur de flûte et les loups-garous, perdent leurs pouvoirs.

Il n'y a pas de joueur de flûte si?
Revenir en haut Aller en bas
Moghedien
Vagabond sédentaire
Vagabond sédentaire
avatar

Féminin Date d'inscription : 04/07/2010
Localisation : In the company of imaginary friends
Humeur : Feel it.

Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Jeu 8 Sep 2011 - 9:52

Le TS, l'indépendant, quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Kitsu
Petite Fille sénile
Petite Fille sénile
avatar

Masculin Date d'inscription : 10/08/2011
Localisation : Dans ma tanière
Humeur : joyeux

Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Jeu 8 Sep 2011 - 11:18

Maesticia a écrit:
Sous la protection du salvateur, il n'est pas considéré comme attaqué, et la guérison de la sorcière annule l'effet de la dernière attaque seulement.

Il n'y a pas de salvateur... =D
Sinon bon choix de personnages ^^
Revenir en haut Aller en bas
Maléfique
Rebouteux patraque
Rebouteux patraque
avatar

Masculin Date d'inscription : 28/04/2009
Localisation : Belgique
Humeur : Aqueuse

Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Ven 9 Sep 2011 - 15:05

5 Loups-Garous pour 1 Tueur en série à 20 joueurs, j'ai un peu peur qu'ils aient du mal mais bon à voir.

Maesticia a écrit:
Les amoureux pourront parler par MP de jour,les amants pourront se parler continuellement par MP.
J'attire l'attention des joueurs sur le respect de cette règle invérifiable, la meneuse vous fait confiance.

Maesticia a écrit:
Si par le plus pur des hasards, le trompé est un tyran, les règles ne changent pas, il ne peux faire tué l'amnt car il mourra à son tour.
Dans ce cas, comment le Tyran peut-il gagner la partie ?
La question reste la même si le trompé se trouve être le Tueur en série.

Quand l'Astrologue reçoit-il le résultat de son action ?


Maesticia a écrit:
La nuit, dès que le nom de la victime m'aura été donné, elle aura jusqu'à la fin de la nuit pour me dire si elle utilise sa potion de vie ou de mort.
Je pense qu'il serait préférable que tu fixes une limite temporelle.
En effet, même si ce serait très mal vu, elle pourrait regarder qui est connecté au moment où tu lui donnes le nom de la victime pour soupçonner l'un ou l'autre joueur.


Maesticia a écrit:
Sous la protection du salvateur, il n'est pas considéré comme attaqué, et la guérison de la sorcière annule l'effet de la dernière attaque seulement.
Pour le Salvateur, Kitsu a déjà réglé la question.
Par contre, concernant la Possédée, je n'ai pas très bien compris ce que ce que tu dis signifie.
Peux-tu être plus explicite ?

Si le Conquérant n'a pas fait de testament et ne vient pas faire son action, que se passe-t-il ?

Si l'Accusé n'a donné le droit de vote à personne ou que tous ceux qu'il a désignés sont morts, y a-t-il tout de même un débat ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Sam 10 Sep 2011 - 14:35

5 Loups-Garous pour 1 Tueur en série à 20 joueurs, j'ai un peu peur qu'ils aient du mal mais bon à voir.

Et si je mets un joueur de flute ?

Maesticia a écrit:
Les amoureux pourront parler par MP de jour,les amants pourront se parler continuellement par MP.
J'attire l'attention des joueurs sur le respect de cette règle invérifiable, la meneuse vous fait confiance.

Merci de renforcer cette règle ^^

Maesticia a écrit:
Si par le plus pur des hasards, le trompé est un tyran, les règles ne changent pas, il ne peux faire tué l'amnt car il mourra à son tour.
Dans ce cas, comment le Tyran peut-il gagner la partie ?
La question reste la même si le trompé se trouve être le Tueur en série.

Quand l'Astrologue reçoit-il le résultat de son action ?


J'ai changé les règles à la va vite entre temps le cas des amoureux est traité dans les lois.

L'astrologue recevra le sondage a 20h

Maesticia a écrit:
La nuit, dès que le nom de la victime m'aura été donné, elle aura jusqu'à la fin de la nuit pour me dire si elle utilise sa potion de vie ou de mort.
Je pense qu'il serait préférable que tu fixes une limite temporelle.
En effet, même si ce serait très mal vu, elle pourrait regarder qui est connecté au moment où tu lui donnes le nom de la victime pour soupçonner l'un ou l'autre joueur.


Effectivement. La sorcière recevra le nom de la victime à 19h donc.

Maesticia a écrit:
Sous la protection du salvateur, il n'est pas considéré comme attaqué, et la guérison de la sorcière annule l'effet de la dernière attaque seulement.
Pour le Salvateur, Kitsu a déjà réglé la question.
Par contre, concernant la Possédée, je n'ai pas très bien compris ce que ce que tu dis signifie.
Peux-tu être plus explicite ?

Si le Conquérant n'a pas fait de testament et ne vient pas faire son action, que se passe-t-il ?

Si l'Accusé n'a donné le droit de vote à personne ou que tous ceux qu'il a désignés sont morts, y a-t-il tout de même un débat ?


Ma phrase ne veut en fait rien dire ... Je parle Fransösich comme une espagnole vache... Bref. tout simplement la sorcière annule l'attaque et il a toujours son immunité a la première attaque.

S'il fait pas son travail ,je le ferai a sa place grâce a random.org

Oui il y aura tout de même un débat.
Revenir en haut Aller en bas
Maléfique
Rebouteux patraque
Rebouteux patraque
avatar

Masculin Date d'inscription : 28/04/2009
Localisation : Belgique
Humeur : Aqueuse

Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Sam 10 Sep 2011 - 17:11

Maesticia a écrit:
Et si je mets un joueur de flute ?
Non, c'est jouable mais chaud.

Maesticia a écrit:
L'astrologue recevra le sondage a 20h
Je lui donnerais au lever du jour.
Imagine qu'il soit en couple avec la Sorcière, il pourrait la contacter pour l'aider à utiliser sa potion de vie.


Maesticia a écrit:
S'il fait pas son travail ,je le ferai a sa place grâce a random.org
J'espère donc que le Conquérant sera actif car je détesterais être la victime désignée par le hasard Mad

Merci pour toutes ces réponses Very Happy
Vivement que cela commence cheer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Sam 10 Sep 2011 - 17:15

Très bien au lever du jour alors ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Ven 16 Sep 2011 - 1:03

Petite précision par apport aux règles : les tyrans se connaîtront avant l'élection, les amoureux et amants au lever de la nuit après l'élection.

Après une question que l'on m'a posé en privé : Evidemment la sorcière ne recevra pas le nom de la personne tuée par le tueur en série.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles) Ven 16 Sep 2011 - 1:14

Voici le message envoyé aux SV :

Citation :
Tu seras SV

Bonne chance
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: L'histoire et vous (Les rôles)

Revenir en haut Aller en bas
 

L'histoire et vous (Les rôles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] L'histoire dont vous êtes le héros ! - La rentrée à Teiko ~
» Chronique du Biscuit :3, l'histoire où vous êtes des personnages
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links
» C'est vous qui faites l'histoire
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Survie & Fourberie :: L'entrée du village :: Bric à Brac :: Partie 114-